Surfer la vie… et comment survivre dans une société fluide

Dans son nouveau livre Surfer la vie, qu’on aurait tort de remiser trop vite au rayon développement personnel, Joël de Rosnay, auteur également de Demain, la révolution du pronétariat, démontre que notre société est en train de changer de visage. Non plus fondée sur des rapports de force mais sur des rapports de flux, non plus guidée par l’individualisme exacerbé mais sur la nécessaire solidarité… Elle devient fluide.

J’ai souhaité utiliser la métaphore du surf pour illustrer mes propos, mais le surf n’est pas vraiment le fil rouge de toute ma vie. En réalité, c’est le sport en général et la complémentarité entre les sports (ski, surf, catamaran…), qui représentent autant d’éléments indissociables de ma vie. Le mot clé du surf c’est la glisse. Un mot que je tiens de Jean-Claude Killy qui désignait ainsi les bons descendeurs (ceux qui savaient glisser…). Avec mon frère Arnaud de Rosnay, nous avons été les premiers à relier cette image de la glisse aux « éco-sports ». Nous avons associé à la glisse, et en particulier au surf et à la vague, le mouvement de la vie, c’est-à-dire l’aléatoire, l’imprévu. Un monde à la fois déterministe et libertaire auquel il faut s’adapter en permanence.

A mes yeux, le surf est également associé à l’intensité, au bonheur, au plaisir et à la joie. Autant de notions indissociables de ma conception de la vie. La joie est cette émotion intense qui survient quand on admire un paysage extraordinaire, quand on parvient au sommet d’une montagne, ou quand on surfe la vague de sa vie… Le bonheur est très différent. C’est une émotion propre à chacun et le bonheur de l’un n’est pas forcément le bonheur de l’autre… D’ailleurs, personne ne peut promettre de vous rendre heureux et, le bonheur n’est pas toujours lié au fait d’être heureux. Mais être heureux est intimement lié à l’intensité de l’instant, au plaisir, au partage avec les autres.

PASSER DU RAPPORT DE FORCE AU RAPPORT DE FLUX

Je suis persuadé que la génération des surfeurs du Net, la NetGen, va nous obliger à sortir du pouvoir pyramidal et rigide des sociétés anciennes pour évoluer vers une société qui donnera davantage de place à l’altruisme intéressé ou à un « altruisme réciproque ». Une expression qui semble paradoxale : c’est tout le concept de win-win (gagnant/gagnant) et de la co-opétition. Dans mon livre, je parle de la complémentarité et aussi de l’opposition entre les rapports de force et les rapports de flux. Les rapports de force incarnent l’affrontement. Il est impossible de s’en sortir autrement que par une escalade. Les rapports de flux, en revanche, sont continus. La « société fluide » à laquelle j’aspire repose sur ces rapports de flux, qui peuvent être des rapports d’information, de culture, de savoir, d’amour, d’empathie, de solidarité, de générosité, d’échange.

Dans mon livre, Surfer la vie , j’ai fait référence à plusieurs penseurs que j’admire depuis longtemps, pour mettre en lumière les sept valeurs auxquelles je crois (l’empathie, l’altruisme, le respect de l’autre, le respect de la diversité, la responsabilité, l’amour fraternel et la spiritualité laïque) pour surfer la vie et construire une vie digne de sens.

Je crois avoir écrit un livre à consonance philosophique ; j’ai souhaité exprimer ma « weltanschauung », ma conception du monde selon ma sensibilité. Celle-ci englobe la science avec les nouvelles découvertes sur le cerveau, la génétique (notamment l’épigénétique) ou la biologie de synthèse. Autant de sujets que j’ai traités beaucoup plus en détail dans mes précédents livres. Dans Surfer la vie, mon idée est d’essayer de répondre à la question : quel sens donnez-vous à votre vie ?

La spiritualité est une réponse parmi d’autres, mais elle est certainement l’un des plus grands accomplissements de la vie. Mais elle a été trop longtemps associée à la religion. Pour moi, le grand mystère est l’unité de la nature, l’un des thèmes de mon prochain livre. Et dieu dans tout ça ? Je m’interroge sur la relation entre le Le Big Bang et le point Omega de Pierre Teilhard de Chardin qui pensait que la matérialité allait se transformer en spiritualité, en un « esprit pur » créé par tous les hommes au cours du temps. Ce qui m’intéresse, c’est ce qui se situe entre les deux : le temps. Qu’est-ce qui crée le temps ? En acquérant de l’information, les hommes créent de l’entropie, du désordre, mais « investissent » dans un « capital temps » qu’ils transmettent aux autres. Si l’on contracte le temps, le Big Bang et le point Omega se confondent. En d’autres termes, une explosion d’énergie peut êtrefusionnée avec une implosion d’espritUn instant d’une prodigieuse intensité peut devenir l’éternité ! ».

A propos Nathalie Piriou-Deslandes

Bonjour à tous, Ingénieur chimiste, depuis plus de 20 ans, dans diverses industries, je souhaite aujourd'hui, au travers de ce blog, partager mes sujets de prédilection ou simplement des idées nouvelles qui s'offrent à nous pour ouvrir des voies enthousiastes vers un avenir enfin plus ouvert à tous. Tant du point de vue de l'innovation technologique que de l'instauration de modes de management beaucoup plus participatifs, j'essaye de collecter ici des articles, des sites, des blogs de tous ces acteurs du changement qui montrent qu'il est possible de penser autrement et positivement notre monde de demain. Bienvenue sur ce blog. Merci de vous y attarder avec intérêt, je l'espère, et de me faire part de vos commentaires ... Hello everybody, For more than 20 years, I exercise my job of chemical engineer in different industries. And today, through this blog, I wish simply to share my favorite topics or new ideas which come to light and can open enthusiastic pathways towards a future finally more fruitful for all. Both from the point of view of the technological innovation and implementation of more participative models of management, I try to collect here articles, sites, blogs of all these actors of the Change who show us that it is really possible to think differently and mostly positively our tomorrow world. Welcome to this blog. Thank you for passing by there with interest, (I hope), and don’t hesitate to pass on me any reactions and/or any questions …
Galerie | Cet article a été publié dans Acteurs du changement, Réseau numérique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s